Archives de catégorie : App – Utiliser des plantes sauvages

Consoude officinale

Milieux

Prés humides, fossés, bords des eaux, haies, friches, bois, lisières, bords de routes, en colline ou montagne, de 0 à 1200m d’altitude, dans les sols engorgés en eau, riches en bases et en éléments nutritifs, notamment en matière organique carbonée (issue de plantes et feuilles mortes, de bois…), souvent compactés et pauvres en azote.

Floraison

Avril-Juillet.

Période de récolte

Feuilles au printemps, à l’été et à l’automne, fleurs en été, racines toute l’année (de préférence à l’automne)

Description

Herbacée vivace de 40cm à 1m.

Les feuilles sont lancéolées (en forme de lance, avec une pointe au bout) et recouvertes de petits poils rêches.

La tige est ailée (une membrane fine dépasse, tout le long de la tige)

Fleurs en tube, blanches, roses ou violettes

Description détaillée et photos sur https://quelle-est-cette-fleur.com/Fiches-botaniques/consoude-officinale.php

Utilisation

Culinaire

Contient des alcaloïdes pyrrolizidiniques, donc se consomme cuite ou blanchie mais serait toxique en usage régulier (nécrose du foie ou cirrhose)

Médicinal

– cicatrisante

– anti-inflammatoire

– aide à la régénération tissulaire

On l’utilise en cas de plaies, foulures, déchirures musculaires, fractures, tendinites, ecchymoses, arthrite, arthrose et mal de dos.

C’est surtout la racine qui est employée.

En lotion : Mixer 100g de racine avec 200ml de vodka, filtrer et appliquer localement cette préparation, diluée à 50% dans de l’eau.

En cataplasme : Râper la racine, la poser sur zone à traiter et maintenir avec un bandage

Dans tous les cas, le traitement ne doit pas dépasser 4 à 6 semaines par an.

Contre-indications :

Selon les monographies de la Commission E, les femmes enceintes et les enfants devraient demander un avis médical avant d’utiliser la consoude, même en externe

Confusion possible

La digitale

La digitale est mortelle en petite quantité (10gr de feuilles sèches ou 40gr de feuilles fraiches seraient mortelle)

Distinctions

Les poils : ceux de la consoude sont rugueux alors que ceux de la digitale sont doux

Les bords des feuilles : ceux de la consoude sont entiers alors que ceux de la digitale sont crénelés (à dent arrondi)

La bourrache

Se consomme comme la consoude. Utilisation médicinale pour les bronches, régénère aussi les tissus mais est moins efficace que la consoude

Distinctions

Les bords des feuilles : ceux de la consoude sont entiers alors que ceux de la bourrache sont dentés

Les fleurs : celles de la consoude sont en tube, blanches, roses ou violettes alors que celles de la bourrache sont bleues en étoile

La Buglosse toujours verte

Se consomme comme la consoude. La racine a été utilisée pour faire de la teinture rouge.

Distinctions

Les bords des feuilles : ceux de la consoude sont entiers alors que ceux de la buglosse  sont sinué-denté (fait des vaguelettes)

Les fleurs : celles de la consoude sont en tube, blanches, roses ou violettes alors que celles de la buglosse  sont bleues

La cynoglosse, ou langue de chien

Ne doit pas être consommées car contient des alcaloïdes pyrrolizidiniques plus en plus grande quantité que la consoude

Distinctions

Les poils : ceux de la consoude sont rugueux alors que ceux de la cynoglosse sont mous

L’inule conyze

Pas comestible mais pas toxique

Les feuilles sentes mauvais quand on les froisses

Distinctions

Les poils : ceux de la consoude sont rugueux alors que ceux de l’inule conyze sont denses et doux sur les 2 faces

Les fleurs : celles de la consoude sont en tube, blanches, roses ou violettes alors que celles de l’inule conyze sont jaunes et ressemblent à celle du pissenlit

La molène noire

Pas comestible mais pas toxique.

Les fleurs peuvent être utilisées contre la toux et sont anti-inflammatoires.

Distinctions

Les bords des feuilles : ceux de la consoude sont entiers alors que ceux de la molène noire sont crénelées (à dents arrondies).

Autres consoudes

Pas d’importance, mêmes usages